Archives de Catégorie: Ethique

huile de moteur ou huile de tournesol?

La  société Saipol, propriétaire de la marque Lesieur et grossiste en huile, a  acheté à vil prix un lot de 40.000 tonnes d’huile de tournesol  ukrainienne.

(A tout ce qui est dénoncé plus bas, n’oublions pas que l’Ukraine est la région de Tchernobyl
 qui reste aujourd’hui largement contaminée)…..

Exerçant son métier, cette société a revendu avec profit cette huile à d’autres multinationales de l’agroalimentaire.  Un contrôle a posteriori a mis en évidence la présence frauduleuse, dans ce lot, d’huile minérale destinée à la lubrification des moteurs. Même s’il n’est pas établi que ce mélange peu ragoûtant soit méchamment  toxique, eussions nous eu affaire à des gens responsables que ce lot eût  immédiatement rejoint la seule destination qui lui seyait : la  poubelle.

Que croyez-vous qu’il arriva ? Ces empoisonneurs dont l’avidité autant que la veulerie sont sans limite, ont néanmoins décidé  d’utiliser sciemment cette huile pour composer leurs produits. Le pire, c’est qu’ils ont eu l’accord des autorités  (françaises et européennes) qui ont décrété que tant que les produits  n’en contenaient pas plus de 10%, personne ne devait tomber trop  malade. Ils ont 40000 tonnes à écouler, un peu plus de 5000 tonnes pour la  seule France. Cela fait environ 100 grammes de saloperie par  habitant à faire ingurgiter !

La Grèce, dont les autorités  semblent moins irresponsables que les nôtres, vient de réagir et d’interdire l’utilisation de tous les lots depuis le 1er  janvier. Mais chez nous, dans nos hypermarchés, il y a donc en ce moment des produits contaminés à l’huile de moteur !

Attention : nombreuses marques concernées,
à boycotter d’urgence !
Les produits  les plus
 susceptibles de contenir
 de l’huile empoisonnée
 sont les  suivants :

– Lesieur, bien évidemment, puisqu’elle est à l’origine
du problème, et toutes les marques du groupe :

– Fruit d’or
– Epi  d’or
– Frial
– Isio  4
– Oli
– Carapelli
– Saupiquet

– Toutes les marques du  groupe Unilever
HYPERLINK « http://www.unilever.fr/ourbrands/foods/default.asp »

Publicités

Demandez à Dove de ne plus prendre part à la déforestation en Indonésie !

Afin de confectionner ses produits, Dove, une marque de Unilever, doit se fournir en huile de palme auprès de producteurs. Cette huile de palme provient en partie de plantations qui prennent la place de forêt en Indonésie. De cette façon, Dove participe à la déforestation en Indonésie. Nous avons de l’information que met ce lien en évidence. De cette manière, Dove et Unilever participent à la déforestation, ils menacent la survie de certains animaux comme les orangs-outans et participent aux changements climatiques.

Source et suite : Greenpeace
Dove, arrêtez de participer à la déforestation en Indonésie !

Voir aussi ici

A propos du respect des Droits humains : cela se passe en Belgique, pas en Chine !

De: Serge NGAJUI FOSSO

Bonjour à tous,

Je vous envoie ce message de Mons en Belgique. J’y suis arrivé hier 26 avril 2008 peu après minuit et après avoir été expulsé violemment du vol de SN Bruxelles Air Lines à destination de Kinshasa via Douala et gardé en cellule à l’aéroport de Bruxelles de 11:00 à 22:00 sans manger, ni boire et sans pouvoir contacter ma famille.

Petit compte rendu:
Nous sommes le 26.04.2008, je me rends au Cameroun pour mes vacances. Je pars de Clichy à 5:30 en taxi pour CDG1. Je pars de Paris à 7:40 pour Bruxelles avec un vol SN Bruxelles Air Lines et doit prendre la correspondance pour Douala à 10:40 à l’aéroport de Bruxelles.
Lors de mon entrée dans l’avion entre 10:00 et 10:45, je suis bien accueilli par les hôtesses, je vais rejoindre mon siège, le N° 41H qui se trouve vers le fond de l’avion, à 5 ou 6 rangées de mon siège. Lorsque j’y arrive, il y a au fond de l’engin à la dernière rangée des hommes habillés en tenue grise et qui essayent de maîtriser un homme de couleur noire. Celui-ci se débat et crie : « Au secours, laissez moi, je ne veux pas partir». Les hommes en gris essaient de l’empêcher de parler en l’étouffant. Le jeune homme se débat comme il peut et continue de crier car il y a sur lui 4 colosses en gris. D’autres policiers en civile ont établis un périmètre de sécurité et personne ne peut aller vers le lieu du drame qui se déroule sous nos yeux.

Je me rends compte que c’est une expulsion, l’homme que l’on expulse est toujours maîtrisé et étouffé et pousse des cris que l’on n’entend plus bien.

Je me souviens alors de Semira Adamu, une jeune nigériane qui était morte en septembre 1998, il y a 10 ans lors d’une expulsion similaire à celle qui se déroule sous mes yeux dans un avion Sabena. Que dois-je faire ? Rester sans rien dire comme les autres ? Agir ?

En tant que militant des droits de l’homme et des étrangers, je me lève, interpelle l’hôtesse la plus proche de moi proteste en lui disant fermement et à voix haute que ceci est un vol commercial et que je ne saurais voyager dans ces conditions. D’autres passagers jusque là restés calmes se lèvent et protestent à leur tour. Je filme comme d’autres passagers la scène avec mon appareil photo. Devant cette protestation générale, les hommes en gris quittent l’avion avec leur passager. Quelques minutes plus tard, des policiers montent dans l’avion, trois personnes sont désignées par les policiers en civil, je suis parmi elles. Les policiers nous demandent de quitter l’avion, lorsque je pose la question pourquoi, ils se jettent sur moi, menottes aux mains, coups par ci par là, je saigne, je suis traîné dans les couloirs de l’avion et puis dans les escaliers avant d’être jeter dans un fourgon de la police sans mes 2 valises en soute  et ma petite valise de cabine. J’ai quelques bobos sur le visage et les mains blessées par les menottes. De ce fourgon, je remarque qu’une policière a mon appareil photo dans la main et visionne certainement mon petit film de la scène de l’avion. Une dure et longue journée commence pour moi sous les insultes et les maltraitances des policiers qui m’emmènent au cachot de l’aéroport de Bruxelles. A 13:35 la police nous libère, nous sommes 2 à ce moment un autre camerounais qui était dans la bande des trois expulsés et moi. Je n’ai plus vu le troisième, un homme de couleur blanche.

Au moment de notre libération, la police nous informe que nous ne voyagerons plus pendant les six prochain mois avec la compagnie SN Bruxelles Air Lines. A la question de savoir comment nous allons faire pour nous rendre au Cameroun, la police nous renvoie vers la compagnie.

Avec mon compagnon d’infortune, nous nous y rendons. Nous demandons à rencontrer l’un des responsables de la compagnie, on nous indique que le responsable de la sécurité de la compagnie arrivera bientôt. Nous patientons, j’ai une pensée pour ma petite fille qui m’attend à Douala avec impatience et enthousiasme et qui certainement sera très déçue de ne pas me voir. Je suis en colère, très en colère.

La responsable de sécurité de la compagnie arrive et nous informe que nous avons tous les 2 étés fichés dans la liste noire (pas blanche) de la compagnie et ne pourrons plus voyager avec elle pendant les 6 prochains mois. Je lui demande alors comment nous faisons dans ce cas pour arriver à Douala. Elle m’indique que c’est à nous de voir et que la compagnie ne nous remboursera pas. Après ces mots, ma colère monte, mon ton aussi, je signale a cette dame que je n’ai pas de problème si je ne voyageais plus jamais avec SN Bruxelles Air Line, mais que je souhaite rentrer à Paris et surtout me faire rembourser car la compagnie n’a pas rempli son contrat. Mon ton est haut mais courtois les passants nous regardent, la dame appelle la police qui vient et me ramène cette fois seul au cachot. J’y resterais jusqu’à 22:00 sans manger, ni boire et ni contacter ma famille.

Mon neveu qui habite Mons est contacté et arrive avec son épouse entre 21:00 et 22:00. Les policiers m’informent de leur présence et m’indiquent que je suis libre de rentrer avec eux. Je leur dis que je ne comprends pas pourquoi j’ai été en cellule toute la journée dans ces conditions et que je ne souhaite pas la quitter avant qu’une solution ne soit trouvée à mon problème : partir à douala ou rentrer sur Paris et être remboursé. Des explications se font de part et d’autres, les policiers souhaitent que je quitte la cellule et moi je souhaite y rester, ce qui visiblement ne les satisfait pas. Les policiers décident donc de me sortir de la cellule par la force, me remettent mes affaires, je refuse de les prendre. L’un d’entre eux me menace, me tient par le cou et me pousse hors de leurs bureaux et me balance mes affaires sur la figure, je m’en vais sans les ramasser. Mon neveu et son épouse me rejoignent je suis une fois de plus en colère, très en colère de tout ce qui se passent. Je leurs demande de rentrer à la maison, ils refusent évidemment.

L’épouse de mon neveu va voir l’un des policiers qui lui donne mes affaires et des informations sur les démarches que je devrais faire. Elle revient avec mes affaires, il y manque mes lunettes de soleil Ray Ban et en plus la vidéo de la scène dans l’avion a été effacée de mon appareil photo, sûrement par les policiers qui m’ont interpellé. Une preuve vient d’être détruite, heureusement pas toutes car d’autres passagers ont filmé la scène. Je suis toujours en colère, très en colère, je pense à ma petite fille pour qui j’ai exceptionnellement pris mes congés, je suis en colère parce que ces derniers jours ont été éprouvants professionnellement, physiquement et moralement. Je suis en colère, très en colère parce que je suis du genre calme, courtois et surtout pas violent. Or toute cette journée, j’ai été traité avec mépris et violence parce que j’ai été un moment la bouche d’un malheur qui n’avait point de bouche, parce qu’en protestant dans l’avion, je suis allé au secours d’un être humain qui était maltraité et qui demandait du secours.

Je suis en colère parce que je suis fatigué et que je souhaitais prendre quelques semaines de repos et aller passer du temps avec ma petite fille. Je ne sais pas quand et comment je me rendrai au Cameroun. Je ne sais pas au moment où je vous écris où sont mes valises.

Avec patience mon neveu et son épouse m’ont convaincu de les accompagner chez eux à Mons. Nous avons demandé une attestation indiquant que j’étais en cellule de 11:00 à 22:00, le policier de faction a eu la gentillesse de m’en donner une en Néerlandais. Nous sommes arrivés à Mons peu après minuit. J’avais des douleurs partout, sur le visage, les bras, les doigts au dos et une très grosse faim, j’ai mangé sans appétit et je suis allé me coucher.

Ce matin, je suis un peu plus calme, j’ai encore quelques douleurs aux doigts, aux bras et au visage. Je vais me rendre à Bruxelles pour me faire signifier officiellement que je suis sur la liste NOIRE de la compagnie, que je ne voyagerai plus avec cette compagnie et que je ne serai pas remboursé. J’espère également retrouver mes valises dans l’état où je les avais confiés à la compagnie. Une autre dure journée va commencer, comment se terminera-t-elle ? Je n’en sais pas grand-chose pour le moment.

Je peux simplement préjuger qu’elle ne sera pas facile car je ne compte pas laisser passer cette histoire sans réagir. Je vais faire un appel à témoins et engager une action contre SN Bruxelles Air lines. On en reparlera.

Sur ce, je vous souhaite un bon et agréable dimanche.
Prière diffuser largement ce message.
A bientôt ! Et mon combat continue.

Serge N FOSSO
+33626710385

Merci encore de le diffuser !!
BAV!

Brussels Airlines… Flying your way !

Et j’ai lu dans la presse ce matin que l’africain qu’ils essayaient d’expulser s’est suicidé dans le centre fermé hier…

OGM

Paris, France 
Fin octobre, le Commissaire européen à l’Environnement, Stavros Dimas, s’est courageusement opposé aux grandes compagnies de l’agrobusiness en proposant l’interdiction de la culture de deux maïs OGM (le Bt11 et le 1507) développés par les firmes Syngenta et Pioneer/Dow. Des scientifiques ont en effet démontré que la culture de ces OGM censés combattre des insectes nuisibles au maïs pouvait provoquer des
conséquences graves, notamment sur des insectes non nuisibles du maïs, comme le papillon monarque ou sur des ‘organismes non ciblés’ comme des oiseaux. Récemment, il a également été prouvé que les écosystèmes aquatiques pouvaient aussi être affectés. 

Si la proposition de Dimas était adoptée, il s’agirait d’un véritable tournant. Très favorable aux OGM, la Commission a jusqu’à présent toujours donné son feu vert aux demandes d’autorisation d’OGM. Et les autres Commissaires européens, par peur de froisser les
puissants intérêts pro-OGM, notamment américains, risquent de s’opposer à l’initiative courageuse de Stavros Dimas. Mais celui-ci vient de confirmer publiquement sa position.  « Le risque est trop élevé pour l’environnement selon plusieurs études scientifiques récentes, a indiqué M. Dimas à Bruxelles le 22 novembre. J’envisage de donner un
avis négatif pour la demande d’autorisation. »

Il faut absolument soutenir la position prise par Stravros Dimas, qui, si elle est adoptée par la Commission européenne, sera le premier rejet d’OGM dans l’histoire de la Commission européenne et représentera un pas décisif pour une Europe sans OGM. Une mobilisation massive est nécessaire pour cette opportunité historique !

Cap sur les 100 000 signatures
Le plus grand nombre possible d’Européens doivent interpeller la Commission européenne pour que la santé publique et l’environnement priment sur les intérêts de quelques multinationales et que les maïs Bt11 et 1507 ne soient pas autorisés.

Signez et faites signer la pétition à destination de Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, et aux Commissaires Dimas, Kyprianou (consommateurs), Fischer-Boel (agriculture) et Barrot (transports). Plus de 75 000 européens l’ont déjà signée en quelques semaines, dont 10 000 en France… La pétition française s’adresse
également à Jacques Barrot, Commissaire européen aux transports, car il votera également sur la proposition de Stravros Dimas et doit tenir compte de l’avis des citoyens français et de la nouvelle ligne politique française sur les OGM à l’issue du Grenelle
de l’environnement.

Signez la pétition  ici
Pour saisir cette opportunité historique, faites circuler cette pétition dans tous vos réseaux…

Source:

Marguerite TORTOLANI
rue Henri Koch 15
4000 Liège
Belgique
Tel.: +32 (0) 4 / 252 92 99

Lien: Greenpeace

Col de l’utérus: une vaccination lucrative…à risque

L’argumentaire commercial, le mode de fabrication par génie génétique et la composition du vaccin contre le cancer du col de l’utérus – dont les données épidémiologiques ne sont pas parfaitement définies – ne sont pas sans rappeler le vaccin contre l’hépatite B, « maladie inventée » en occident pour reprendre l’expression du Wall Street Journal, pour le plus grand profit des fabricants (GlaxoSmithkline et Pasteur Sanofi MSD) au détriment des trop nombreuses innocentes victimes.

   Catastrophe sanitaire probablement d’une ampleur sans précédent dans notre pays, « l’affaire », le scandale de la vaccination contre l’hépatite B, se ramène, en effet, comme le reconnaît le Dr Marc Girard, expert près les tribunaux, pour l’essentiel à une disproportion caricaturale entre un bénéfice prévisible – infime – et un risque objectivement encouru considérable qui se chiffre par des dizaines de milliers de scléroses en plaques (30 à 50 000 en France) et de maladies neuro-musculaires et auto-immunes. Un risque au moins équivalent est malheureusement à craindre avec le vaccin contre les papillomavirus.

   Premières visées par la vaccination, les adolescentes sont en droit de recevoir au préalable une information scientifique « claire loyale et appropriée », leur permettant d’apporter leur consentement ou leur refus éclairé. Comme l’ont rappelé à plusieurs reprises des arrêts de la Cour de cassation, repris par la loi du 3 mars 2002 sur les droits des malades, le médecin – et tous ceux qui réalisent la prescription, ont la charge de prouver qu’ils ont communiqué cette information claire, loyale et objective, loin de toute pression commerciale émanant des laboratoires pharmaceutiques. Trois questions essentielles méritent une réponse appropriée :

   1°) La vaccination contre le cancer du col de l’utérus est-elle justifiée ?

   Selon le Dr Monsonego, chef du département de colposcopie de l’institut Alfred-Fournier, « le dépistage du cancer du col de l’utérus permet d’éviter ce cancer », au 13ème rang pour la mortalité par cancer chez la femme. Entre 1980 et 2000, cette politique a permis de faire baisser le nombre de cas de 3 % par an et le nombre de décès de 4,5 % par an en France et même de « 80% dans les pays d’Europe du Nord où le dépistage est organisé » (CSHPF). Faute d’un dépistage organisé, ces  chiffres stagnent actuellement en  France. Ces  examens  sont en  effet à  l’initiative de la patiente… encore trop souvent imprudente : 40 % des femmes ne bénéficient toujours pas d’un suivi régulier. Pour les experts en santé publique, « face à ces lacunes – bienvenues pour les laboratoires -, la mise sur le marché de vaccins préventifs constitue un réel espoir », à condition que la réelle efficacité soit au rendez-vous…

   Notons au passage, qu’en 1994, le lancement de la campagne contre l’hépatite B, qui s’était appuyée également sur la dramatisation, la peur et des contre-vérités, avait été justifiée par l’échec de la vaccination chez les populations à risques, toxicomanes et homosexuels notamment…

   S’il a fini par recommander, après un premier avis défavorable, de recourir à la vaccination pour les jeunes filles de 14 ans et pour certaines des jeunes femmes de 15 à 23 ans, le Conseil supérieur d’hygiène publique (CSHP) a insisté sur l’importance de la promotion, de la réalisation du dépistage du cancer du col de l’utérus – qui doit être réorganisé – et sur l’importance de la poursuite d’une promotion de l’utilisation du préservatif, lequel ne peut, certes, fournir une protection absolue contre les infections à HPV, mais peut en réduire les risques.

   La contamination par les papillomavirus (HPV), dont il existe une centaine de souches, se fait par contact sexuel chez les jeunes femmes, le plus souvent lors des premiers rapports. Avant 30 ans, pas moins de 30 % des femmes ont déjà été infectées, mais 70% d’entre elles vont éliminer naturellement le virus en moins d’un an et 90% en moins de deux ans. (Il en est de même pour les hépatites B où 90% guérissent sans séquelles). Pour les autres femmes, le cancer invasif se développe environ 15 à 25 ans après l’acquisition de l’infection (selon le CSHPF) sans que l’on puisse en déterminer le pourcentage d’entre elles. L’infection virale et l’expression de certains gènes viraux apparaissent ainsi comme des facteurs nécessaires mais non suffisants de la transformation tumorale, d’autres facteurs interviennent donc selon toute vraisemblance.

   Selon Abby Lippman, biologiste, spécialiste de la santé des femmes et épidémiologiste de l’Université McGill au Canada, le risque de cancer lié aux HPV, principalement les souches 16 et 18, soupçonnées d’être responsables de 70 % des cas de cancer du col, serait donc surestimé.

   2°) Ces vaccins sont-ils efficaces ?

   Bien que le fabricant du vaccin Gardasil affiche une efficacité de 100% pour 70% des cancers de l’utérus, ni ce vaccin, ni son concurrent – administrés seuls – n’ont encore montré qu’ils étaient efficaces pour prévenir le cancer du col. Selon le Centre fédéral belge d’expertise des soins de santé (KCE), ce vaccin n’a d’ailleurs aucune efficacité chez les femmes infectées. S’il doit donc être administré avant les premiers rapports sexuels, aucune étude ne démontre pourtant son efficacité en cas de contamination ultérieure. Les données quant à son efficacité lorsqu’il est associé à d’autres vaccins, ce qui est très courant en pratique, manquent également. Si ces vaccins peuvent prévenir efficacement l’infection aux souches du HPV qui peuvent causer le cancer à un âge médian de 51 ans (selon le CSHPF), « on ne sait pas encore si le vaccin permettra de réduire le nombre de cas de cancer », précise Abby Lippman. Dans la mesure où le cancer peut se manifester plusieurs décennies après la contamination, ce n’est par conséquent qu’après un délai équivalent que l’on pourra prouver ou non l’efficacité de ces vaccins… à l’étude depuis 5 ans (Dawar M, Deeks S, Dobson S., Human papillomavirus vaccines launch a new era in cervical cancer prevention, Canadian Medical Association Journal (CMAJ), 28 août 2007, Vol. 177, No 5, page 456).

   Une analyse des diverses études d’efficacité du vaccin parue dans The New England Journal of Medicine, a clairement montré que la différence de risque de survenue de lésions pré-cancéreuses entre les personnes sexuellement actives vaccinées et non vaccinées était modeste, de l’ordre de 0,8%, tandis que pour les lésions les plus sévères, il n’y avait pas de réduction significative. (Réf : Georges Sawaya du département d’épidémiologie et de biostatistique, et Karen Smith-McCune, du département d’obstétrique, de gynécologie, et tous deux membres du Comprehensive Cancer Center de l’Université de Californie, Vol. 356 : 1991-1993 ; n° 19, 10 mai 2007).

   Contrairement aux directives du CDC, l’American Cancer Society ne recommande d’ailleurs pas la vaccination universelle chez les femmes entre 18 et 26 ans, l’efficacité du vaccin diminuant probablement avec l’augmentation du nombre de partenaires sexuels.

   On ne peut en outre écarter « l’émergence par la vaccination de souches résistantes » (Lippman A, Melnychuk R, et al, Human papillomavirus, vaccines and women’s health: questions and cautions, Canadian Medical Association Journal (CMAJ), 28 août 2007, Vol. 177, No 5, 484-7), voire celle de nouvelles souches cancérigènes par le biais du constant phénomène de commutation. Depuis plusieurs années, on observe ainsi la sélection par la vaccination de virus plus virulents dans les méningites à méningocoques, à Haemophilus, à Pneumocoques ou encore dans la poliomyélite , la coqueluche, la rougeole. (Dr Mohamed Kehr Taha, directeur adjoint du centre de référence des méningocoques à l’Institut Pasteur.)

   3°) Ces vaccins sont-ils sûrs ?

   Alors que pour le laboratoire Merck, les effets secondaires seraient légers, se limitant à des douleurs au point d’injection, de la fièvre, un œdème local, un érythème… à une fréquence curieusement comparable à celle du placebo, le VAERS (banque de données des effets adverses des vaccins dépendant des autorités sanitaires américaines) a recensé, malgré une sous-notification reconnue de l’ordre de 90%, dans les six mois suivant la mise en route de la vaccination aux USA, 86 complications sévères dont 2 cas de paralysies des membres (Syndrome de Guillain-Barré), des pertes de conscience et plusieurs maladies auto-immunes.

   En 2007, jusqu’au 10 mai, 1 637 réactions défavorables ont ensuite été rapportées au VAERS, puis 1 824 entre le 11 mai et le 7 septembre 2007, dont 11 décès, et sur 77 femmes enceintes vaccinées, 33 avortements ou anomalies fœtales. Ces chiffres sont déjà supérieurs à ceux observés avec le vaccin hépatite B, puisqu’entre mars 2001 et mars 2005, le VAERS avait recensé respectivement 1 845 et 2 876 accidents sévères, 53 et 76 décès avec les vaccins Hépatite B de Merck et celui de GlaxoSmithkline.

   Ces vaccins recombinants faisant appel, comme le vaccin hépatite B, à de l’hydroxyde d’aluminium comme adjuvant de l’immunité, peuvent également déclencher à court terme mais plus souvent à long terme (10 ans voire plus) une myofasciite à macrophages (cellules du système immunitaire), affection neuro-musculaire, très invalidante  associée une fois sur trois à une maladie auto-immune, le plus souvent une sclérose en plaques dont la fréquence a beaucoup augmenté avec la vaccination contre l’hépatite B. Par ailleurs, l’aluminium est capable de traverser la barrière hémato-méningée à partir de 60µg/litre. Or 225µg d’aluminium sont utilisés dans ces vaccins contre le cancer du col.

   De plus, chez les chats, la  fréquence des cancers des tissus mous à  proximité du point d’injection des vaccins comportant de l’aluminium, retrouvé dans les macrophages à proximité du point d’injection, a été multipliée par 18,3 en dix ans aux Etats-Unis. Pour les vétérinaires, cet aluminium, présent dans la majorité des vaccins, n’est pas éliminé par l’organisme et entraîne une inflammation chronique qui fait le lit des cancers, dont la fréquence évolue de façon exponentielle depuis une vingtaine d’années, alors que pour les vétérinaires de Maisons Alfort interrogés sur TF1 en 2001, le problème serait génétique !

   Alors que l’efficacité de ces vaccins contre les papillomavirus et le cancer du col de l’utérus ne pourra être démontrée avant plusieurs dizaines d’années, leur toxicité se manifestera malheureusement à court terme pour des milliers d’adolescentes et de femmes, comme c’est déjà le cas aux USA.

   Entre temps, Merck qui avait pris le bouillon boursier avec son anti-inflammatoire vedette, le Vioxx, – pour lequel il avait dissimulé les effets secondaires cardiovasculaires mortels – aura pu redresser son chiffre d’affaires (358 millions de dollars pour le seul 2eme trimestre 2007) et son action en bourse,  et échapper ainsi à une OPA hostile…  
 

Source: Christian RASSON (Pharmacien) chrasson@skynet.be  ; Dr Marc VERCOUTERE  cri-vie@neuf.fr 05 47 41 50 22 

Voir aussi…

Un moteur de recherche écolo, durable et solidaire

Le moteur de recherche VeoSearch reverse l’argent de la publicité qu’il affiche aux projets de développement durable soutenus par ses utilisateurs. Une façon novatrice de chercher généreusement. Vidéos de projets et forum.
Six lettres colorées en porte d’entrée pour la majorité des internautes. Ben oui, Google, la page d’accueil évidente. Pourtant, avec VeoSearch, un petit changement d’habitude peut rapporter gros: chaque recherche sur le net y contribue aux œuvres des ONG soutenues par l’utilisateur.
VeoSearch est un multimoteur de recherche tout ce qu’il y a d’ordinaire. Grâce à des partenariats avec Google, Yahoo! Ask et ExaLead, il trifouille le web, la blogosphère et les banques d’images et offre aux utilisateurs des résultats similaires à ceux de ses homologues. Là où il se distingue, c’est que chaque recherche y est utile. VeoSearch est le premier moteur de recherche solidaire du web.

(Un projet pour le café équitable en Bolivie)

Café, tourisme écolo, microéconomiePour faire profiter au mieux les projets écologiques, humanitaire ou sociaux qui nous tiennent à cœur, il faut simplement s’inscrire. Ensuite, une petite visite dans la page «projets» permet de choisir les associations auxquelles nos recherches vont bénéficier. Café équitable en Bolivie, écotourisme au Tadjikistan, clowns dans les hôpitaux, aide aux réfugiés tibétains en Inde, microentreprises au Bénin… Pour l’instant, une vingtaine d’ONG sont reprises. Une dizaine devrait s’ajouter d’ici janvier. Un menu déroule leurs vidéos de présentation. Une fois qu’on s’intéresse à un projet, il suffit de le sélectionner. Il s’ajoute alors à la liste des projets que chacune de nos recherche sur VeoSearch va aider.
Financièrement, VeoSearch a deux sources de revenus. La première est la publicité attachée à chaque recherche. La seconde est le deal passé avec les moteurs de recherche partenaires: chaque surf généré par VeoSearch vers l’un des grands moteurs associés rapporte de l’argent.

(Un projet pour amener des médicaments à vélo en RDC)

Ces sommes, VeoSearch s’engage à en reverser 50% aux associations soutenues par ses utilisateurs. Ceux-ci limitent d’ailleurs leurs choix à 5 projets, pour ne pas disperser leurs revenus générés. Mais ces 5 choix sont interchangeables à tout moment. Les 50% restants permettent la viabilité du site, le développement du blog et, à terme, la promo de produits favorisant le développement durable.Le concept, enrichi d’un conseil écologique quotidien en page d’accueil, séduit. 5.460 utilisateurs sont inscrits depuis le 1er juin 2007 et la mise en ligne de la version bêta du site. Ils ont effectué 1.747.000 recherches, ce qui a rapporté 3.264€. Une paille, comparée aux millions générés par les moteurs de recherche leaders. Mais une paille qui, comme la poutre la plus solide, soutient les espoirs les plus fous.

(Julien RENSONNET)

Tous plumés par Electrabel…

Greenpeace présente son clip « Tous plumés par Electrabel » . Une analyse critique et piquante de ce qui se cache derrière la belle vitrine d’Electrabel. Alors, la mariée, trop belle pour être honnête? A vous de juger! Et surtout, n’hésitez pas à envoyer ce courriel autour de vous.

En deux minutes chrono. le clip présenté évoque les mécanismes qui ont permis à Electrabel d’engranger de plantureux bénéfices, via l’amortissement accéléré de ses centrales au charbon et réacteurs nucléaires. Le tout sous l’oeil ‘complaisant’ des autorités belges. Greenpeace attend, à présent, du futur ministre du Développement durable la récupération rapide de ces ‘profits non anticipés’ et leur affectation exclusive à des mesures favorables aux renouvelables et aux économies d’énergie. Il est grand temps de tourner définitivement le dos au charbon et au nucléaire! 

Surfez vers   www.eletrobel.be

Ce clip est à diffuser sans modération, n’hésitez pas à envoyer ce courriel autour de vous. Merci!

Source: Greenpeace