Chine : Le Charlatanisme des “Experts” Occidentaux…

Dans le tour d’horizon sur la désinformation et la propagande auquel je me livre, dans ce blog, existe une expression anglaise qui n’a pas son équivalent en français, le : « bashing ». Dans son sens premier en français, c’est la « raclée ». Mais, dans les techniques de propagande et de désinformation, il s’applique à une activité bien précise : dénigrer, harceler, diffamer, à tout propos et de façon systématique.

L’industrie occidentale du “bashing

Cette technique, parfaitement rodée, est de plus en plus utilisée. Son organisation et son niveau de technicité ont été fortement améliorés au cours des dernières années. Notamment, pour la coordination entre pays, et entre médias, occidentaux. Remarquez la totale intégration des médias en matière “d’information”, réagissant au quart de tour, au doigt et à l’oeil.

Souvenons-nous des campagnes de l’hystérie islamophobe, lors de la “loi sur le voile”, en France, ou encore contre la communauté musulmane de Malaisie, dans tous les pays occidentaux. Dans un autre registre, simultanément dans tous les pays occidentaux encore, les campagnes anti-Poutine, anti-Chavez, etc. A présent c’est la Chine qui est au premier plan. Nous vivons donc le : « China bashing ». Qui va s’accentuer jusqu’aux Jeux Olympiques…

En général, le bashing varie les angles d’attaque. Pour éviter la saturation de l’opinion publique. Depuis ces dernières semaines, comme on a pu s’en rendre compte, on assiste à une campagne de grande intensité sur le Tibet, sur fond de “droits de l’homme” et de “liberté de la presse”. Mais, il y avait eu, antérieurement, un galop d’essai. Souvenons-nous, à la rentrée de l’été dernier, une campagne qui avait atteint son pic au mois d’octobre 2007. Dans tous les pays occidentaux en même temps, là encore.

Elle avait pour thème l’empoisonnement, auquel se livreraient les “sournois” Chinois, avec de la peinture toxique sur des jouets, et autres pièces dangereuses pour nos bambins. Avec en première ligne l’entreprise américaine MATTEL, afin de crédibiliser les assertions. Elle avait dû, par la suite, présenter ses excuses à la Chine (1). Incapable de justifier, devant les commissions d’enquête chinoises, ce qu’elle avançait dans les médias occidentaux… Car, il s’agissait, en fait, d’une campagne « bidon ».

Source et suite ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s